Créer votre site web : Par quoi commencer ?

Construire l’arborescence et les pages de votre site web

Réaliser le plan de son site web est souvent un exercice difficile mais ô combien important…
Sans une navigation bien pensée, un site web, aussi joli soit-il, a peu de chances d’atteindre ses objectifs.
L’arborescence permet d’avoir une vision globale du site et des parcours de navigation avant la réalisation des maquettes des pages principales et secondaires.
L’arborescence, ou plan de site, se présente généralement sous la forme d’un schéma qui organise les pages du site en rubriques et qui définit les différents niveaux de navigation. C’est généralement la première étape lors de la conception d’un site web. Une fois que l’arborescence du site internet a été validée, on peut descendre d’un niveau pour s’intéresser à la structure des pages en vue de la réalisation future des maquettes.
L’étape suivante est de découper les pages principales en zones : par exemple, un rectangle horizontal pour le logo et le menu principal, un rectangle vertical à gauche pour le menu secondaire, etc. Ensuite, on rajoute les textes et les composants graphiques, puis enfin les fonctionnalités additionnelles aux maquettes graphiques du site.
Quand on doit organiser une grande quantité d’informations, c’est souvent difficile. Il n’y a pas de recette miracle, il faut mettre en place un dispositif de navigation initial, observer les parcours et améliorer le dispositif petit à petit. Un dispositif de navigation peut s’appuyer sur différents supports. Quelques exemples :
• Menu de navigation principal, avec éventuellement un menu secondaire qui apparait au survol du menu principal ;
• Menu de navigation secondaire, il peut s’agit du menu enfant de l’élément sélectionné dans le menu principal, mais il peut également s’agir d’un menu complètement différent ;
• Moteur de recherche interne, avec un ou plusieurs axes de recherche ;
• Barre latérale, où on peut favoriser la navigation horizontale via des suggestions de contenus ;
• Pied de page, avec un accès aux principales catégories du site ou à des pages clés.
Si votre arborescence est bien pensée, vous pourrez mettre en place un dispositif de navigation efficace pour toutes les situations.
Quand on conçoit une arborescence, il ne s’agit pas uniquement de classer du contenu en catégories et sous-catégories, il s’agit d’anticiper des parcours. Si un visiteur arrive sur la page XY via un canal spécifique et qu’il s’intéresse au produit ou service ABC, accèdera-t-il facilement à la page cible ? Difficile d’anticiper tous les parcours, mais prendre trois profils de visiteurs, chacun arrivant via un canal différent, avec un besoin différent sur une page différente, peut être très utile pour affiner son arborescence et lui donner vie.
L’arborescence de votre site aura un impact considérable sur son référencement naturel, que ce soit au niveau global ou dans la hiérarchie des pages. Les moteurs de recherche analysent les liens entre les pages du site pour en comprendre la structure générale, et déterminer quelles sont les pages clés. Plus une page est « profonde », moins elle sera prise en compte. Concrètement, une catégorie de 3ème ou 4ème niveau sera référencée mais les moteurs de recherche lui accorderont peu d’importance par rapport une catégorie de premier ou de second niveau.
Il y a de nombreuses façons sur le plan de la méthodologie pour travailler et élaborer les premiers nœuds de la structure arborescente.
D’abord, bien sûr, en considérant vos besoins : votre positionnement, vos objectifs et les performances visées par certaines catégories d’items qui induisent une importance supérieure de votre point de vue.
Ensuite, en considérant lesdits besoins et attentes des utilisateurs finaux : on peut partir des personas identifiées et de leurs attentes supposées, des principaux scénarios de visite, des éléments susceptibles de répondre aux motifs pouvant générer de la satisfaction.
Sur ces bases, il s’agit de faire converger vos exigences avec celles des utilisateurs. L’arborescence peut alors se construire autour de 2 grandes approches :
• Du général vers le détail ;
• Du particulier vers le général.
Passé ces considérations d’ordre méthodologique, il faut oublier tous les mythes de la règle des 3 clics. Contrairement aux idées reçues, un utilisateur sera capable de dérouler 6 à 8 niveaux dès lors que la séquence induite est claire et qu’il y trouve ce qu’il cherche.
Ne jamais oublier non plus d’introduire de la flexibilité dans l’arborescence, qui vit organiquement et doit pouvoir accueillir de façon efficace, mais aussi élégante, de nouvelles grappes de contenus.
Il est essentiel pour cela de ne pas considérer l’arborescence sous un angle uniquement « hiérarchique ». Il existe des structures séquentielles (linéaires), d’autres matricielles (badges, tags), et des structures organiques.

Les coûts

Le coût d’un site internet dépend de nombreux facteurs : type de site, nombre de pages, qualité du design, fonctionnalités spécifiques, etc.
Selon le type de site internet envisagé, le budget à prévoir peut varier de 1 à 100. La charge de travail, et donc le prix, pour un site vitrine d’une petite dizaine de page n’est évidemment pas comparable avec celle d’un portail web composée de plus de 500 pages, avec un espace membre, un back office et des dizaines de modules.
Pour évaluer plus finement les coûts d’un projet de site internet, il faut prendre en compte de nombreux critères : thème standard, personnalisé ou charte graphique sur mesure, nombre de pages, fonctionnalités spécifiques, etc. Un site vitrine de 5 pages avec photos et formulaire de contact peut être facturé de 2000 à 7000 € selon les partis pris en matière de charte graphique, de modules (galerie d’images/vidéos, zone de commentaires, réseau sociaux, newsletter) ou de prestation de référencement.
Attention, il y a aussi des coûts cachés dans un projet de création de site internet, surtout si vous êtes dans l’optique de le faire évoluer au fil du temps.
Voici les coûts cachés à prendre en compte :
• Dépassement budgétaire. Le site internet livré est souvent différent de ce qui était prévu initialement et ce pour plusieurs raisons. D’abord, de nouvelles idées peuvent surgir au cours du projet au niveau du design, des fonctionnalités, des contenus, ce qui génère des coûts supplémentaires. Vous pouvez aussi avoir la volonté de pousser plus loin la personnalisation du site internet. Il faut être conscient que tout cela entraîne des dépassements budgétaires, parfois loin d’être négligeables.

• Référencement de bon niveau. Il est rare d’intégrer dès le départ des prestations SEO très poussées. Pourtant, avoir un site internet beau et fonctionnel ne suffit pas, encore faut-il qu’il soit visible sur la toile. Si vous souhaitez que votre site soit très bien optimisé pour le référencement afin d’améliorer sa visibilité sur les moteurs de recherche, il faut compter environ 3 jours de travail côté prestataire pour définir une liste de recommandations pertinentes et personnalisées, plus quelques jours pour mettre ces recommandations en place. Comptez au total autour de 2000 €.

• Installation de Google Analytics. Cet outil de Google est clairement indispensable pour gérer votre site internet et l’optimiser. Si cet outil est gratuit, sa mise en place sur votre site réclame des compétences qui elles sont payantes. Si vous déléguez l’installation et la gestion de cet outil, comptez au moins autour de 3000€/an.

La maintenance

Vous devez toujours anticiper les coûts de maintenance de votre site internet, et pas simplement le coût de la création du site.
La maintenance d’un site internet englobe plusieurs aspects. Il y a, pour faire simple, trois types de maintenance (au sens large du terme) : préventive, corrective et améliorative. Dans une optique de maintenance minimale, seuls les deux premiers sont à considérer. La maintenance préventive consiste à vérifier régulièrement que le site fonctionne bien et que les paramétrages sont corrects tandis que la maintenance corrective vise à réparer les problèmes et les bugs qui peuvent survenir. Attention, vous rencontrerez forcément des problèmes sur votre site, personne n’y échappe…
Si l’on part sur une maintenance minimale, qui comprend les mises à jour de votre librairie (contenus et médias), des plugins (fonctionnalités) et des autres technologies que vous utilisez, plus la correction des bugs, comptez autour d’une journée de travail par mois.
Evolutions au fil de l’eau
Un site internet évolue constamment, pour s’adapter aux évolutions du web mais aussi à vos nouveaux besoins. Vous aurez forcément des changements à y apporter (changement d’hébergement, évolution du thème graphique, ajout de fonctionnalités complexes…) dont certains que vous serez incapables de gérer seul. Cela correspond à la maintenance améliorative. Bien sûr, tout dépend du contexte et de la profondeur du site internet, mais anticiper une ou plusieurs journées d’intervention par an pour des évolutions au fil de l’eau est rarement une mauvaise idée.

Un peu de vocabulaire…

CMS : Le terme anglais CMS (Content Management System) désigne une famille de logiciels destinés à la conception et à la mise à jour dynamique de sites web ou d’applications multimédia. (En français Systèmes de gestion de contenus)
Thème graphique (template) : Le template est pour le web l’équivalent du patron en couture. Il désigne la charpente d’un site web. Intégré au CMS, il est l’élément structurant du site.
Recette : La recette d’un site web consiste à tester l’ensemble du site internet et ses fonctionnalités pour vérifier leurs parfaites exécutions avant la mise en ligne.
Slider : Un slider est un élément graphique d’un site internet permettant le défilement de plusieurs images. Le slider est aussi appelé carrousel.
Blog : Un blog est constitué d’articles agglomérés au fil du temps et souvent classés par ordre antéchronologique (du plus récent au plus ancien).
Pop-up : Un pop-up est une fenêtre dont l’utilisateur ne peut empêcher l’ouverture.
SEO : Le terme anglais SEO (Search Engine Optimization) désigne le référencement naturel des pages web.
Google Analytics : C’est un logiciel gratuit d’analyse de service web qui fournit des statistiques et des outils pour l’optimisation de la visibilité sur les moteurs de recherche. Il donne diverses informations sur les visiteurs de votre site, sur ce qu’ils recherchent et sur la manière dont ils arrivent.

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *